• Critique : Le retour de Dorian Gray

    Auteur : Stephane Betbeder et Bojan Vukic

    Résumé: Dorian Gray est un vieillard hideux au regard de dément. Seul son portrait, qu’il garde précieusement, lui rappelle qu’il fût un jour un jeune homme à la beauté surnaturelle. Aujourd’hui, Dorian n’inspire plus que dégoût et aversion. La jeune Phillis va pourtant poser un regard sur lui plein de compassion, sans jugement. Dorian est conquis. Pour la séduire, il doit redevenir ce qu’il était. Mais pour retrouver sa jeunesse, il faut nourrir le portrait... Et le portrait a faim de sang ! Seul un sang de coupable pourra inverser le processus. Pour transférer sa monstruosité sur la toile et revêtir la perfection de ses traits, il devra tuer quelqu’un dont l’âme est encore plus noire que la sienne. Depuis quelques temps un monstre insaisissable tyrannise Londres. Aucune arme ni aucun mur ne semble pouvoir l’arrêter… Et pour cause : il est invisible de la tête aux pieds !



    Date de parution : 2012

    Genre : fantastique

    Critique personnel :

    Le retour de Dorian Gray, est une BD de Stephane Betbeder et Bojan Vukic pour la collection 1800 de Soleil.
    Tout d’abord un petit mot sur l’origine de cette BD : Le portrait de Dorian Gray d’Oscar Wilde. Dans ce roman, Dorian Gray commande un tableau « maudit » puisque celui-ci prend l’apparence de l’âme de Dorian alors que celui-ci ne vieillit plus. Il est même étonnant que cette œuvre majeure d’Oscar Wilde n’ait pas autant inspiré que Frankenstein ou Dracula. Car rien de plus moderne que l’image (ici un tableau) qui change avec que la personne accède ainsi à la jeunesse éternelle et la beauté par excellence….
    Bon, revenons sur la BD, pour commencer, la couverture est magnifique. Un Dorian Gray défiguré tenant le tableau ensanglanté hanté par une forme transparente….
    Cette BD mêle donc Dorian Gray et l’homme invisible (bon choix quand on parle d’image vu qu’on n’a pas d’image lorsqu’on est invisible). Dorian erre tel un mendiant dans Londres et rencontre par hasard Phillis, une jeune suffragette assez excitée qui se travestie pour lutter. Celle-ci lui redonne espoir de retrouver son apparence d’autres fois et c’est en égorgeant un homme qu’il comprend comment.
    L’homme invisible quant à lui, à la folie des grandeurs et tentes de devenir roi d’Angleterre… Invisible 1er…. Il va sans dire qu’il excite la foule sous à un drame sur les docks…. Et redeviens visible peu à peu…
    Voilà un peu pour l’histoire, je trouve qu’elle se tient pas mal, j’attends avec impatience la suite, mais je crois deviner ce qu’il va se passer ! Nous verrons.
    Je trouve pour le moment que c’est l’un des meilleurs scénarios que nous offre 1800, certains étant un peu léger en voulant mélanger différents personnages de romans célèbres. Le dessin et le manque de couleurs donnent une atmosphère noire qui nous plonge ainsi dans la noirceur des âmes des protagonistes… Rien à redire de particulier sur cette BD, sauf peut être un petit plan nichon qui ne sert pas trop à grand-chose…. Mais bon, passons ce petit détail vraiment futile.
    Une bonne BD en somme.

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :