• Vampirisme.com

    Vampirisme. com, notre nouveau partenaire se propose de vous présenter les vampires dans touts leurs états via touts les supports culturels existant : films, livres, BD, jeux vidéo etc. .... !

     

    Vous pouvez retrouver le blog ici :

     

     

    http://ekladata.com/8xPLL1Rqk4D9KKNioiHtcRuq1Bk.png

     

     


     

     

    Administré par Vladkergan, celui-ci a bien voulu répondre à quelques questions.

     

    Chenille Lecter : Premièrement, pourrais-tu te présenter rapidement. 


    Vladkergan : Alors j'ai 29 ans, je travaille depuis maintenant plus de 5 ans dans le secteur de l'informatique, et je suis spécialisé dans tout ce qui a trait au développement et au référencement de sites internet. A la base j'ai un profil littéraire (j'ai un bac L et une année  de lettre moderne au compteur), mais j'ai bifurqué vers l'informatique durant mes études de communication. Je voulais être journaliste et même si au final je fais quelque chose de totalement différent, j'ai gardé un amour pour tout ce qui a trait à la lecture et l'écriture, même si je n'écris pas d'oeuvres de fictions.

    C.L. : D'où te vient cette passion pour les vampires ? 

    V. : Tout ça est venu un peu par hasard. Dans les années 90, durant les vacances, je suis tombé sur le premier tome d'une BD nommée Le Prince de la nuit. C'est cet album qui m'a initié au mythe des vampires, à ses codes. Je me suis rapidement passionné pour le sujet, imprimant des pages et des pages de filmographies et bibliographies sur le sujet, aspirant les sites qui en parlaient pour les consulter chez moi (je dois encore avoir quelques disquettes surchargées de pages web de cette époque... nostalgie). Ca doit être à cette époque que je suis tombé sur le Gallimard Découverte Sang pour sang de Jean Marigny, le spécialiste français de la littérature vampirique. Et là ça a été comme un second choc. Vu que je m'intéressais déjà au média internet, j'ai eu envie de poser moi aussi ma pierre à l'édifice, même si à l'époque ce fut assez laborieux. Je n'étais (et ne suis toujours pas) très doué pour produire un design qui tient la route, sauf à y passer beaucoup de temps. Paradoxalement, mon premier site en ligne (qui l'est toujours) est consacré à Benoît Brisefer, un personnage de BD jeunesse créé par Peyo. Ce n'est ainsi que bien plus tard, alors que j'avais commencé de travailler dans le développement de sites internet, et après être parti en voyage en Transylvanie quelques semaines, que j'ai fini par sauter le pas et donner vie à Vampirisme.com. Au début, il s'agissait juste d'un guide de voyage, qui relatait mes pérégrinations sur les terres de Vlad Tepes. Et nous voilà quelques années plus tard avec plusieurs rédacteurs, de nouvelles chroniques chaque semaine, des interview, et plein d'autres projets sous le coude.

    C.L. : Est-ce que cette passion t'a déjà attiré des ennuis ? critique, incompréhension, agression, violence verbale ? 

    V. : Ca m'est arrivé de ne pas susciter que des opinions positives sur le site, que ce soit de mon fait, de l'incompréhension de certains, ou de la jalousie d'autres. On s'est ainsi fait taper sur les doigts pour avoir pénétré une propriété privée et pris des photos sans accord, et j'ai déjà eu des ennuis avec quelques auteurs pas franchement contents de ma manière de considérer leur oeuvre. Je peux comprendre que les auteurs puissent être touchés par des chroniques négatives, mais mon but est de proposer aux visiteurs du site des avis objectifs, tirés de mon ressenti à la lecture des livres que j'achète ou qu'on reçoit. Donc pas de langue de bois et pas de pommade au programme. Mais je dois avouer que ces réactions sont rares, car la plupart des auteurs sont assez ouverts d'esprit et comprennent, quand on argumente, que tous les lecteurs ne peuvent pas aimer ce qu'ils proposent. Au niveau professionnel, je ne parle jamais de mon site, même si une partie de mon expérience de certains vecteurs de communication repose dessus. Mes collègues sont, ceci dit, tous au courant et ne sont pas les derniers à regarder quand je passe à la TV ou quand un article parait sur le net.

    C.L : Est-ce facile de regrouper et traiter toutes ces informations sur les vampires ? 

    V. : Ca prend énormément de temps pour être franc. Je passe quand même plusieurs heures par jour à recenser ce qui peut être intéressant parmi les actus qui émergent. Internet est un outil exceptionnel pour ça, parce qu'en connaissant et en utilisant certains outils on finit par avoir sous la main un panel de sources d'information non négligeables qu'il est assez aisé de suivre. J'ai également la chance que le site ait pas mal gagné en notoriété ces derniers mois, ce qui fait que pas mal d'éditeurs ou d'auteurs prennent contact avec nous pour nous proposer des partenariats. Ca permet souvent d'être au courant de choses avant qu'elles arrivent, d'autant que la plupart des auteurs, éditeurs ou acteurs du marché en France et en Europe sont des gens super sympa. 

    Mais globalement c'est quand même Twitter, Facebook et Google qui sont mes principales sources de news. Avant que je n'utilise ces outils en complément du site, je ne faisais pas vraiment de relais d'actualités sur le site, et je ne voulais pas forcément que celles-ci viennent prendre aux chroniques trop de visibilité. Là je pense avoir trouvé une bonne synergie entre le site et les autres outils, qui m'ont en plus permis de développer et de fédérer une petite communauté autour de ce qu'on peut produire.

    C.L : Au niveau littérature, que penses-tu de la mode "Twilight" avec cette image du vampire qui ne s'assume pas (je ne veux pas mordre, c'est mal !) ?

    V. : Je ne suis pas un très gros amateur du mythe du vampire tel qu'il apparaît dans les écrits de Stephenie Meyer, et dans une bonne part de la production Bitlit. Tout cela avait certes commencé avec Anne Rice, mais je trouve que Stephenie Meyer va trop loin dans son humanisation du mythe, et lui retire en grande partie son aura de bestialité et de violence, d'interdit. Bella et Edward attendant 4 tomes avant d'avoir des relations sexuelles, quand on sait l'avidité des vampires des textes classiques, on tombe dans un truc un peu trop gentillet pour moi. La morsure telle qu'elle apparaît dans le mythe du vampire cinématographique, c'est un peu une matérialisation de la pénétration sexuelle, et cette incapacité de ces nouveaux vampires à s'assumer sous-entend presque qu'ils en sont devenus impuissants. Certes tout ça va de paire avec les idées de l'auteur, mais je n'y trouve pas vraiment mon compte. Tous les auteurs ne prennent ceci dit pas cette direction, et la littérature de genre est capable de produire autre chose que des vampires végétariens, mais je suis curieux de découvrir le prochain cycle qui perpétuera ou reviendra sur cette évolution du mythe. A trop s'humaniser, le vampire de Stephenie Meyer a perdu pour moi tout ce qui en faisait la saveur. Il n'est plus qu'une sorte de super héros sans grand originalité (surtout que psychologiquement, c'est un peu caricatural).

    C.L. : Encore littérature : penses-tu que l'on peut encore innover dans le mythe du vampire ?

    V. : Oh que oui, et heureusement. On parle quand même d'un mythe qui est né depuis des temps immémoriaux, même s'il n'est véritablement devenu une figure littéraire qu'au siècle dernier. Même Twilight innove à ce niveau, qu'on aime ou pas. Je tombe régulièrement sur des ouvrages (étrangers ou français) qui proposent une relecture intéressante du mythe, revenant sur ses origines, mêlant les genres, etc. Tout n'a pas encore été dit sur le sujet, et même si la Bitlit tire un peu sur la corde en ce moment, il y a de bonnes séries qui continuent d'émerger. J'ai bien sûr des cycles ou romans phares qui ont marqué à jamais mon passé de lecteur vampirique, mais je ne suis pour le moment pas lassé du genre , preuve que les auteurs parviennent à se renouveler et faire autre chose que reprendre et ressasser invariablement les même idées.

    C.L : Toujours littérautre : quels sont tes derniers coups de coeur ?

    V. : Mes derniers coup de coeur sont assez variés mais ont un point commun : ils intègrent le vampire dans l'histoire, quitte à remodeler celle-ci. Je suis fan de tout ce qui est uchronie, jeu avec l'histoire, la réalité. Ainsi, le Dieu Vampire de Jean-Christophe Chaumette, qui propose un retour aux sources du vampire entre thriller, fantastique et SF m'a scotché de bout en bout. Tout comme Les Vestiges de l'Aube de David S. Khara, avec cette rencontre entre un vampire et un flic new-yorkais qui ont tous les deux vécu un événement traumatisant au fil de leur histoire (et de l'Histoire). Le dernier Sire Cédric m'a également bluffé, car il s'intéresse intelligemment au mythe et à cette fois-ci décidé de se pencher sur le cas de la comtesse Bathory, une figure incontournable du mythe. Niveau étranger, mes derniers coups de coeur seraient la série Vampire Story de Wellington chez Milady, qui a un côté crade, gore et orienté action qui est très addictif, où La Chronique des immortels de Wolfgang Hohlbein chez l'Atalante, qui est une sorte de variation dark-fantasy sur le mythe du vampire à l'époque de Vlad Tepes (qui apparaît plusieurs fois dans le récit), au coeur de l'Europe centrale. Mais j'ai aussi pris mon pied à me plonger dans la Communauté du sud de Charlaine Harris (parce qu'elle a un bon sens du rebondissement), ou les Dossiers Dresden (toujours chez Milady).

    C.L. : Enfin, qu'aimerais-tu lire ou trouver dans une histoire de vampire ? 

    V. : Je n'ai pas vraiment d'idée arrêtée sur le sujet, ni d'attentes particulières. J'aime quand les auteurs jouent avec l'Histoire, détournent les codes du genre ou jouent avec l'hypothèse vampirique (comme dans l'Opéra de sang de Tanith Lee). J'aime également assez quand les vampires côtoient des personnages fictifs ou historiques, même si dans le genre peu de livres sont vraiment réussis (le Anno Dracula de Kim Newman étant la plus belle exception, et un de mes best-seller vampiriques). Mais qu'il s'agisse de SF, de fantastique, de polar, de romance, de littérature jeunesse, BD, manga ou comics, tous les livres qui mettent en scène le mythe ont une chance avec moi.

    Chenille Lecter et toute l'adiministration le remercie encore une fois pour le temps qu'il nous a accordé et nous lui souhaitons une bonne continuation !!!
    Partager via Gmail Pin It

  • Commentaires

    1
    Dimanche 16 Mai 2010 à 12:00
    Interview très intéressante !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :